aulique

aulique

aulique adjectif (latin aulicus, du grec aulikos) Se dit de quelque chose qui appartient à la cour d'un souverain. ● aulique (expressions) adjectif (latin aulicus, du grec aulikos) Conseil aulique, tribunal suprême institué en 1501, dans l'Empire germanique, par Maximilien Ier. Conseiller aulique, membre de ce tribunal, puis membre de tout conseil supérieur, politique, administratif et militaire, de la cour de Vienne.

I.
⇒AULIQUE1, adj.
A.— Vx, rare. Qui a rapport, qui appartient à la Cour, à l'entourage d'un souverain :
1. Deux jours après sa venue, (...) elle [Jeanne] fut menée au roi. (...) Elle avait déjà franchi le fossé, et le roi n'était pas encore décidé à la recevoir. Plusieurs de ses familiers, et non des moindres, lui conseillaient de se défier d'une femme inconnue qui formait peut-être de mauvais desseins. D'autres lui représentèrent, au contraire, que cette pastoure lui était annoncée par lettres, envoyée de la part de Robert de Baudricourt, (...). Le roi, sur ces représentations, consentit à l'accueillir. La grande salle regorgeait de monde; (...) elle présentait cet aspect de halle, de cohue, familier aux courtisans. C'était le soir; cinquante torches brûlaient sous les solives peintes; hommes mûrs enjuponnés et fourrés, jeunes gentilshommes glabres, (...) seigneurs tout armés, au nombre de trois cents, se pressaient, selon la coutume aulique, poussaient, arrondissaient les coudes, et l'huissier donnait de la verge sur les têtes.
A. FRANCE, Vie de Jeanne d'Arc, 1908, p. 193.
Littér., poét. Qui a les caractères de ce qui appartient à la cour d'un souverain. Jardin aulique, splendeurs auliques :
2. ... mille détails lui revenaient de ces allées de tilleuls si tranquilles, de ces sentiers où il courait dans la guipure noire que dessinait sur le sol l'ombre tombée des branches. Il conservait de ces jardins qui lui paraissaient devenir plus grands à mesure qu'il avançait en âge un souvenir un peu confus où tremblait l'image embrouillée d'un vieux parc aulique et d'un verger de presbytère, situé au nord, resté, même quand le soleil l'échauffait, un peu humide.
HUYSMANS, En route, t. 1, 1895, p. 35.
B.— HIST. (Empire germanique). S'est appliqué plus spécialement à certaines institutions de l'Empire ou de ses États. Chambre aulique, cour aulique :
3. Ces chiffres allemands manquent de certitude. Selon que cela semble momentanément utile, les chancelleries auliques enflent ou désenflent le désastre.
HUGO, Histoire d'un crime, 1877, p. 322.
Conseil aulique. Cour supérieure de l'Empire germanique du XVIe au XIXe siècle, à laquelle tous les sujets de l'Empire pouvaient en appeler en dernier ressort.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du XIXe et du XXe siècle.
♦ Conseil du prince dans certains États allemands.
Rem. Attesté ds Ac. 1798-1878, LITTRÉ, GUÉRIN 1892, ROB.
a) Conseiller aulique. Membre d'un Conseil aulique :
4. ... je descendis à Vérone à Casa-Lorenzi : il n'y avait encore presque personne d'arrivé. Peu à peu la ville se remplit, on vit paraître successivement l'empereur, l'impératrice d'Autriche et leur suite; le prince de Metternich accompagné des conseillers auliques Gentz, du chevalier de Floret, de quatre barons, d'un comte, d'un concipiste aulique et de deux officiaux; ...
CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 3, 1848, p. 133.
b) [À partir de la 1re moitié du XIXe s.] Chacun des Conseils supérieurs de l'ordre administratif, judiciaire, militaire ou politique. Conseil, commission aulique :
5. Cependant la discorde était dans l'état-major du général autrichien. Mack, fidèle au plan de campagne dressé par le Conseil aulique, persistait à attendre dans ses retranchements l'arrivée de l'armée russe de Kutusof.
G. SAND, Histoire de ma vie, t. 2, 1855, p. 125.
PRONONC. :[olik].
STAT. — Fréq. abs. littér. :23.
BBG. — BACH.-DEZ. 1882. — BOUILLET 1859. — PISSOT 1803. — Pol. 1868. — ST-EDME t. 2 1825.
II.
⇒AULIQUE2, subst. fém.
Autrefois, thèse de théologie soutenue pour l'obtention du grade de docteur.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du XIXe s. ainsi que ds DG, Lar. encyclop., QUILLET 1965 et Mots rares 1965.
ÉTYMOL. ET HIST.
A.— Adj. a) 1546 « qui appartient à la cour » (RABELAIS, 1. III, ch. XLVI ds GDF. Compl. : Plus me plaist le son de la rusticque cornemuse que les fredonnements des lutz, rebecz et violons aulicques); 1722 « id. » (Huetiana, p. 91 ds LITTRÉ : Sa vie militaire et aulique [du duc de Montausier]), rare; b) 1710 instit. all. (RICH. : Aulique. Se dit en parlant d'une certaine Cour supérieure qui a une Jurisdiction universelle & en dernier ressort, sur tous les sujets de l'Empire pour tous les procès qui y sont intentez).
B.— Subst. 1710 théol. (RICH. : Aulique. C'est un acte que soutient un jeune Téologien dans la grand Sale de l'Archevêché de Paris et auquel préside celui qui doit prendre le bonnet de Docteur...).
Empr. au lat. aulicus, adj. (lui-même empr. au gr. ) « qui appartient à la cour » (SUÉTONE, Nero, 45 ds TLL s.v., 1462, 17).
BBG. — BACH.-DEZ. 1882. — Mots rares 1965.

aulique [olik] adj. et n. f.
ÉTYM. 1546; lat. aulicus, de aula. → Aula.
1 Adj. (Littér.). Relatif à la cour d'un souverain. || Coutumes auliques. || Splendeur aulique.
(1710). Hist. Qui constitue les institutions suprêmes de l'ancien Empire germanique. || Cour aulique. || Conseil aulique : tribunal suprême de l'ancien Empire germanique.Conseiller aulique, membre de ce tribunal.Par ext. Membre du conseil de certains États de l'Empire.
2 N. f. (1710). Anciennt. Thèse soutenue pour obtenir le doctorat en théologie.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Нужно решить контрольную?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • aulique — 1. (ô li k ) s. f. Acte que soutenait un jeune théologien ; il commençait par une harangue du chancelier de Notre Dame, qui, à la fin de la harangue, donnait le bonnet au nouveau docteur. Puis celui ci disputait le premier sur le sujet que le… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • aulique — AULIQUE. s. fém. On appelle ainsi une Thèse que soutient un étudiant en Théologie, lorsqu on donne le bonnet à un Docteur. Il a soutenu son Aulique.Aulique, est aussi adjectif, et se dit d un Tribunal qui a une Juridiction universelle et en… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Aulique — Conseil aulique Conseil aulique, signifie conseil de la cour. On appelait ainsi dans l empire germanique un Conseil particulier que présidait l empereur (Reichshofrat), et qui était chargé d exercer en son nom les droits impériaux. Il donnait l… …   Wikipédia en Français

  • AULIQUE — adj. des deux genres Il se disait autrefois, en Allemagne, D un tribunal qui avait une juridiction universelle et en dernier ressort sur tous les membres et sujets de l empire germanique, pour les causes qui devaient y être portées.  Conseil… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • AULIQUE — s. f. Thèse que soutient un étudiant en théologie, lorsqu on lui donne le bonnet de docteur. Il a soutenu son aulique …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • AULIQUE — adj. des deux genres Il se disait autrefois, en Allemagne, d’un Tribunal qui avait une juridiction universelle et en dernier ressort sur tous les membres et sujets de l’Empire germanique. Conseil aulique. Voyez CONSEIL …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Conseil Aulique — Conseil aulique, signifie conseil de la cour. On appelait ainsi dans l empire germanique un Conseil particulier que présidait l empereur (Reichshofrat), et qui était chargé d exercer en son nom les droits impériaux. Il donnait l investiture aux… …   Wikipédia en Français

  • Conseil aulique — Conseil aulique, signifie conseil de la cour. On appelait ainsi dans l empire germanique un Conseil particulier que présidait l empereur (Reichshofrat), et qui était chargé d exercer en son nom les droits impériaux. Il donnait l investiture aux… …   Wikipédia en Français

  • Tribunal aulique — Le Tribunal aulique (du latin aula, cour royale) fut le tribunal de la cour de Bruxelles entre 1762 et 1794. Il fut créé par l édit de Marie Thérèse du 5 mai 1762 pour remplacer définitivement le tribunal du grand maréchal de la cour et …   Wikipédia en Français

  • Conseil aulique — ● Conseil aulique tribunal suprême institué en 1501, dans l Empire germanique, par Maximilien Ier …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”